26/10/2018
Le trésor des cathares
Page d'accueil
Suite



cliquer pour agrandir

Le trésor des cathares de Quillan à Padern




Spécial inondation Quillan Crue décennale et déraison : tout ça pour ça ?

Ce n'est pas à l'heure où tout un département vient d'être touché durement que l'on doit se poser en donneur de leçon.
Et pourtant !
Sur la photo parue dans l'Indépendant deux jours après le désastre, on voit les édiles de Quillan  poser avec une sourire jaune devant ce qui reste des lacs créés à grand renfort de travaux et d'euros à côté du beau Saint-Bertrand, alimentés par le fleuve Aude, à 200 m de leur confluent.
Leur vie aura été courte pour permettre aux baigneurs pendant deux mois d'été de se rafraîchir dans leur eau boueuse.
Qui va payer maintenant ? À qui auront-ils l'outrecuidance de s'adresser pour refaire ce qui ne saura résister à une nouvelle crue qui se produira, c'est sûr : regardez le tableau qui fait état des crues listées depuis...1180 !
Les épisodes cévenols se sont toujours répercutés durement sur notre département tantôt sur le Minervois tantôt sur le Bugarach, donc, la Salz, le Saint-Bertrand...( les dernières, terribles : 1992, 1999, 2002, 2005)
Les élus des communes et du Département vont-ils s'obstiner dans leur déraison ? Continuer à prétendre que ces gourgues sont nécessaires au développement touristique de notre petit Pays qui recèle tant d'atouts naturels ?
Voici 35 ans que les combats ont commencé contre un projet de lac inspiré à un Maire par des fins très personnelles. Ses successeurs l'ont poursuivi sans aucun discernement après qu'il eut été heureusement retoqué à la baisse par les services de l'Etat-pour aboutir à une réalisation coûteuse, aujourd'hui dévastée.
Ce n'est pas ainsi qu'on gère la vie publique. Tout responsable doit d'abord tenir compte des leçons du passé pour que des projets réalistes novateurs valorisent les spécificités d'une zone riche en potentiels.
Notre Terre a bien changé en une génération. Les dérèglement climatiques s'accentuent, les modes de vie se transforment.
Allons nous accepter que la Haute-Vallée de l'Aude reste embourbée dans de misérables étangs aussi coûteux qu'inutiles ?
Quels décideurs politiques ou administratifs peuvent encore aujourd’hui, alors que les catastrophes se généralisent, continuer à refuser l’évidence que les zones inondables sont et seront inondées avec tous les risques et les dégâts que cela entraine, tant au niveau humain que matériel.
Si gouverner c’est prévoir, c’est aussi d’avoir le sens des responsabilités maintenant et dans le respect des générations futures.



Nadine l'hénoret
Nadine l'hénoret, cliquer pour agrandir

 

Nadine L'Hénoret, présidente de "AIRE" ( Aide à l'Initiative dans le Respect de l'Environnement).

 

Le trésor des cathares a été acheminé en Italie, à cheval jusqu'à Port-la-Nouvelle, en bateau jusqu'à Menton et à cheval jusqu'à Crémone

27 décembre 1243, 3ème jour de marche


Quillan-Bugarach

23 Km et 7 heures de marche à travers les vallonnements boisés de la haute vallée de l'Aude où s'accrochent les derniers vignobles.



Bugarach-Gorges de Galamus

8 Km et 7 heures de marche à travers le massif des Hautes-Corbières, vastes plateaux semi-désertiques d'une grande beauté et abrupts pitons calcaires (Pech de Bugarach 1231 m.)

28 décembre 1243, 4ème jour de marche


Des gorges de Galamus à Duilhac-sous-Peyrepertuse

11 Km
et 3h30 de marche sur le parcours le plus pittoresque, de la plus grande forteresse, le château de Peyrepertuse et l'impressionnant canyon de l'Agly.

De Duilhac-sous-Peyrepertuse à Padern

14 Km et 3h30 de marche dans un paysage étrange de parois calcaires ou s'accrochent les châteaux-sentinelles de Quéribus et Peyrepertuse.

La fin du voyage approche

Malgré la fatigue tout se passe bien, la Méditerranée commence à se faire sentir. Pierre et Matheus Bonnet prennent conscience pour la première fois que la fin du voyage est pour peu de temps.



Retour à la page d'ouverture