12/03/2017
Le trésor des cathares
Page d'accueil
Suite
Cliquer pour agrandir

Le départ du premier trésor des cathares : Noël 1243



La fin de l'espoir
A 1207 m d'altitude, sur un éperon rocheux la vie est rude. 500 personnes sont installées ici sur un réduit large de 80 mètres avec vivres et chevaux. Il faut beaucoup d'imagination pour se représenter le village à l'époque. Une bonne heure et beaucoup d’efforts sont nécessaires pour en atteindre le sommet. En 1242, le comte de Toulouse, seigneur d'un territoire qui va s'émiettant comme peau de chagrin tente de s'opposer une dernière fois à Louis IX en s'alliant avec le roi d'Angleterre. Mais les défaites de ses amis à Saintes anéantissent ses espoirs. La révolte du comte donne le signal d'une expédition contre les inquisiteurs à Avignonet-Lauraguais ou le dominicain Guillaume Arnaud s'apprête à dresser ses bûchers. C'est un massacre, les crânes de sept moines missionnaires sont fracassés. Raymond VII signe la paix de Loris le 30 octobre 1242. Guilhabert de Castres, Raymond de Péreille et Pierre-Roger de Mirepoix savent ne plus compter sur des renforts et la centaine de combattants ne résistera pas longtemps.

Une résistance héroïque
Le siège mené sous la conduite du sénéchal de Carcassonne Hugues de Narcis est long et pénible pour les résistants. La nuit avec l'aide des sympathisants des environs, des vivres sont acheminées vers le sommet. En décembre 1243, le siège qui dure depuis 7 mois a déjà, sans succès, mobilisé 10.000 personnes. C'est l'évêque d'Albi, Durand, un habile ingénieur qui décidera du sort de la bataille en réussissant à installer une pierrière et à accabler de tous les projectiles les assiégés. Les cathares répliqueront bien en hissant la même barbacane, mais elle sera malheureusement détruite avec l'aide de montagnards basques. Pierre-Roger de Mirepoix n'a plus de solution que de négocier la reddition. Il tergiverse, cherche à gagner du temps en prétextant que tout le monde se rendra après Pâques, soit trois mois plus tard. En fait en cette veille de Noël, Pierre-Roger de Mirepoix cherche à évacuer l'immense trésor amassé depuis plusieurs années.

Le déménagement du 1er trésor.
Pour les cathares qui résistent, nulle question de prendre la fuite. Un accord se prépare sur la vie sauve aux combattants en récompense de leur héroïsme à ceux qui renieront leur religion. Pour les autres, c'est le bûcher qui sera leur destination. C'est à Noël 1243 que Matheus et Pierre Bonnet arriveront à fuir Montségur en prenant tous les chevaux valides du lieu. Le trésor des cathares composé de pièces d'or et d'argent importantes doit être acheminé vers l'Italie. Le trésor sera acheminé à cheval jusqu'à Port-la-Nouvelle ou un bateau les attend pour les conduire en Italie à Gènes. Les chevaux embarqueront également sur le bateau car le trésor doit être ensuite acheminé vers Crémone. Matheus et Pierre Bonnet suivront ce qui est actuellement le sentier cathare entre Montségur et Port-la-Nouvelle. En cette période de Noël, le trésor est acheminé en une semaine. Le 1er janvier 1244, un bateau chargé d'or et d'argent du trésor des cathares file, toutes voiles dehors, vers l'Italie, La traversée durera 8 jours.

 

Retour à la page d'ouverture