12/03/2017
Le trésor des cathares
Page d'accueil
Suite


Cliquer pour agrandir



Rennes-le-Château
, le diable à l'entrée


L'abbé Béranger Saunière
Arrivé à Rennes-le-Château en 1885, l'abbé Saunière ne tardera pas à faire le tour des documents de l'église. Un feuillet, un indice, un document, le trésor des cathares est toujours enfoui dans les ruines du château de Coustaussa.

Le château de Coustaussa
Bien renseigné, l'abbé Béranger Saunière ne tardera pas à mettre la main sur le trésor et les documents abandonnés à l'époque. 80 millions de francs, une somme rondelette. Sa frénésie de construction débute par la réfection de son église puis de la mise en oeuvre d'une tour de style gothique, Magdaléna, et enfin d'une maison de style renaissance, la villa Béthania. Une serre, un parc de jeu, une orangeraie complètent l'ensemble.

Ce lieu est terrible
Cette inscription qui figure sur le porche d'entrée donne au visiteur la chair de poule mais il identifie de façon formelle que la réfection de l'église a bien été faite avec l'argent des hérétiques et non avec un trésor Visigoth ou un trésor enterré à la révolution. L'impression de malaise s'accentue avec le diable qui soutient le bénitier et regarde avec insistance un dallage en échiquier.

La villa Béthania
La villa qui servait de presbytère a plus l'allure d'une maison bourgeoise que d'une demeure religieuse. Les souvenirs du curé y sont toujours présents.

La tour Magdalena
Magdalena pour Marie-Madeleine, tout à Rennes-le-Château renvoie à Marie-Madeleine. L'abbé Saunière disait-on y surveillait son trésor. De la tour Magdalena on découvre un magnifique panorama sur le château de Coustaussa, mais également sur le château du XVIe des ducs de Joyeuse à Couiza et sur la vallée de l'Aude.

Pour en savoir plus sur la véritable histoire de l'abbé saunière



Retour à la page d'ouverture